oeuvres d'art, La Défense 92

-

 

mise en valeur des œuvres d’art du parvis de la défense 92

 
lieu La Défense 92
année 2013
avancement concours
surface 60 œuvres sur 54 ha
maître d’ouvrage DEFACTO
maître d’œuvre
ANYOJI BELTRANDO architectes urbanistes mandataires
Nez Haut scénographie urbaine
Icon éclairagiste
Dédale conception et développement de contenu et outils numérique
Paul Ardenne, histoire de l’art/critique d’art - commissaire d’expositions
Céline Chrétien, conservation & restauration de sculptures

 

permanence
Avec le Plan de Renouveau, aujourd’hui en phase active, les édifices sont démolis et reconstruits. Les usages des dessous de la dalle sont réinterrogés, le boulevard circulaire aérien a disparu. La dalle et les œuvres marquent une permanence dans l’espace urbain.

Notre intervention met en exergue les œuvres sans dénaturer la relation particulière qui existe entre ces œuvres et l’espace urbain et architectural, entre ces œuvres et le passant. Notre intervention est à la fois effacée  et présente car elle est intimement liée au sol de la dalle.

travailler la grande dimension
Considérer la dalle comme un musée, c’est un peu travailler à l’échelle du Louvre ou du Prado mais dans un lieu où la densité d’œuvres au m² est relativement faible. Pour développer un parcours cohérent,  la scénographie classique n’est pas opérante. En effet, l’échelle du site empêche toute vision globale d’un parcours en plein air. Faire de la scénographie à La Défense, c’est inventer un jeu de pistes.

conserver le rapport direct aux œuvres
Les œuvres d’art monumentales de la Défense entretiennent un rapport charnel avec l’espace architectural et urbain.  Elles les établissent une échelle intermédiaire entre l’Homme et la démesure de La Défense.  

une expérience de l’art sans artifices
Le projet n’utilise pas les dispositifs muséaux classiques : soclage de l’œuvre, dispositif de mise à distance, cartellisation signal.

le musée c’est la dalle
Notre première action est d’identifier le sol artificiel de la dalle comme espace artistique, car elle regroupe près de 90% des œuvres. Nous proposons de marquer chaque entrée par une série de poinçons.

une signalétique effacée
La signalétique des œuvres donne les informations principales à retenir. Elle est perceptible et lisible par celui qui marche sans s’arrêter mais aussi depuis les tours de bureaux. Encastrée dans le sol, elle ne perturbe pas la lecture de l’œuvre. Elle oriente aussi le passant vers les œuvres situées à sa proximité immédiate.

des cartels et du mobilier pour prendre son temps
Des cartels en acier plié horizontaux ou verticaux, comprennent les indications nécessaires pour poursuivre sa découverte d’une œuvre. Ils sont placés sur des points de vue où l’œuvre révèle toutes ses qualités.

donner du confort à la dalle
Deux cent fauteuils de jardin sont en libre accès sur la dalle pour qu’elle devienne un lieu de flânerie, un grand parc culturel à ciel ouvert, comme le jardin des Tuileries.

proposer une expérience nocturne
Plus qu’ailleurs, le jour et la nuit sont deux moments distincts à La Défense. Nous proposons d’éclairer les œuvres majeures par une série de « poursuites » fixes, qui pointeront leur faisceau depuis le haut des tours. Les œuvres éclairées de loin deviennent des repères rassurants pour le marcheur solitaire, dans l’immensité de la dalle. Elles constituent un nouveau paysage urbain nocturne capable de signifier la force la collection.